Certifications professionnelles

Certifications

Cereg est dans l’exigence de la qualité de service rendu. Nous sommes très attachés à la mise en œuvre d'un processus d’amélioration continue. Toute démarche de performance qui assure la satisfaction client est entreprise. Cereg est certifié ISO 9001, OPQIBI et accrédité COFRAC. Cereg répond également aux exigences légales autorisant la pratique du droit à titre accessoire. 

L’ISO/CEI 17025 est une norme internationale qui spécifie les « exigences générales concernant la compétence des laboratoires d'étalonnages et d'essais ». Le COFRAC accrédite sur demande les laboratoires d'essais et d'analyses selon cette norme. Cette accréditation est une reconnaissance des compétences techniques.

Depuis 2016, Cereg est accrédité par le COFRAC 17025 pour une partie de ses activités d’essais et mesures sur matrice eau en milieu naturel superficiel et sur effluents résiduaires domestiques : accréditation N°1-6111 accordée à Cereg Métrologie. (http://www.cofrac.fr/annexes/sect1/1-6111.pdf)

Conformément aux dispositions de l'article R 213-48-34 du code de l'environnement, cette évaluation s'appuie sur un diagnostic de fonctionnement sur site des dispositifs d'autosurveillance, à la charge des redevables, au moins une fois tous les deux ans, par un organisme habilité pour la réalisation de contrôles techniques.

Les organismes en charge de ces diagnostics devront justifier d'une habilitation.

A compter du 1er janvier 2017, Cereg dispose de cette habilitation délivrée par les préfectures de bassins.

Les articles 4 et 5 de l’arrêté du 19 décembre 2011 relatif à la mesure des prélèvements d’eau et aux modalités de calcul de l’assiette de la redevance pour prélèvement sur la ressource en eau prévoient que le redevable peut faire procéder au diagnostic de fonctionnement des installations de mesure des volumes d’eau prélevés, soit neuf ans après leur dernière remise en état d’origine ou à neuf soit sept ans après leur dernier diagnostic par un organisme habilité.

Cereg est habilitée depuis 2015, par le Préfet coordonnateur de bassin, pour la réalisation de contrôles techniques conformément aux dispositions de l’article R. 213-48-34 du code de l’environnement.